« Divorce, conflit, inégalités » – 13 janvier 2017 9h30 – 12h30 à la MSH Ange Guépin

Nicolas Rafin, sociologue, CENS (UMR CNRS 3706), Université de Nantes,

La promotion du modèle du divorce pacifié au risque d’un renforcement des inégalités de classe et de genre
Cette intervention vise à interroger à la fois l’émergence d’un modèle de séparation autorégulée, « le modèle du bon divorce », et ses effets sur les justiciables. Autrement dit, il s’agit de saisir les limites de ce modèle en particulier pour celles et ceux qui sont engagés dans des affrontements judiciaires et donc confrontés à des dissociations qui s’écartent par définition
de ce modèle pacifié. Les recherches sur lesquelles s’appuie cette intervention visent à mettre en lumière les inégalités d’aspirations, de ressources et de postures des justiciables face à ce modèle de séparation qui suppose notamment le maintien des relations parentales et l’indépendance économique de chacun des conjoints après la rupture.

Marie-Céline Loubaresse, Juge aux affaires familiales, TGI de NANTES
Présentation des aspects pratiques du divorce

« Aux marges de la capitale ? Mouvements féministes et homosexuels en régions » – Toulouse 15/12/16

La journée organisée par Sylvie Chaperon, Marine Rouch et Justine Zeller se déroulera à l’université de Toulouse -Jean Jaurès (salle D31)

9h30 : Introduction

9h45 : Christine Bard (Professeure d’histoire contemporaine, CERHIO, Université d’Anger) : « Le féminisme local, cet inconnu de la première vague »

10h10 : Discussion

10h30 : Pause café

Atelier 1 : Penser les spécificités régionales des mouvements féministes de la « deuxième vague »

10h45 : Camille Masclet (Doctorante en sociologie politique à l’Université Paris 8 et à l’Université de Lausanne (CSU-Cresppa/Crapul-IEPHI)) :

« Saisir et comparer les féminismes de la deuxième vague dans cinq villes françaises : l’enquête Sombrero. »

11h10 : Lydie Porée (Co-autrice de l’ouvrage Les femmes s’en vont en lutte. Histoire et mémoire du féminisme à Rennes 1965-1985) :

« « On n’était pas toujours d’accord, mais par contre quand il fallait aller dans la rue, on était toutes d’accord ! » : Planning familial, Choisir, MLAC et groupes femmes dans les années 1970 à Rennes. »

11h35 : Discussion

11h55 : Pause déjeuner

Atelier 2 : Mouvements homosexuels et mouvements féministes : quelles convergences ?

14h : Mathias Quéré (Master 2 Histoire, civilisation patrimoine, Université Toulouse – Jean Jaurès) :

«  »Qui sème le vent récolte la tapette ». L’éclosion du militantisme homosexuel en région entre 1974 et 1979. »

14h25 : Justine Zeller (Doctorante en histoire contemporaine à l’Université Toulouse – Jean Jaurès) :

« Réflexion sur les liens entre féminisme et « lesbianisme » : la Maison des femmes de Toulouse. »

14h50 : Discussion

15h10 : Pause café

Atelier 3 : Féminisme local aujourd’hui : Mémoire et transmission

15h25 : Jacqueline Martin (Maîtresse de conférence retraitée, UT2J) : « Les études féministes au Mirail : quoi de neuf entre 1978 et 2008 ? »

15h50 : Joane Chabassier (Docteure en sociologie) : « La cause des femmes en Limousin à l’épreuve des arènes politiques et institutionnelles locales »

16h15 : Discussion

16h35 : Conclusion

interview de C. Bard – Documentaire « Le règne des mâles »

Le règne des mâles (52 mn)

En France, la loi salique, exclut les femmes du pouvoir depuis le Moyen-Âge. Ainsi, dans l’imaginaire des français, la fonction suprême est forcément incarnée par un homme.
Grâce à la loi sur la parité en 2000, les femmes se sont plus fortement installées dans le paysage politique au sein des conseils municipaux puis dans les assemblées territoriales et nationales.
Mais la présidence de la République reste un territoire exclusivement masculin dont les femmes sont encore tenues à l’écart. Cette exclusion provient d’une loi, la loi salique datant du Moyen-Âge, qui depuis des siècles empêche les femmes d’accéder à la tête du pays. La France confiera-t-elle enfin les clés de son destin à une femme ? Pour expliquer cette « exception française », il faut remonter le fil de l’histoire et faire un retour en arrière de 1 500 ans…

Journée d’Etude « Voix de femmes » Ecriture, femmes et engagement »- 10 novembre 2016

Frédérique Le Nan, Angélique Gebert, Catherine Pergoux-Baeza et Gelareh Yvard ont le plaisir de vous inviter à la Journée d’études de l’axe 2 « Voix de femmes » du programme de recherche GEDI (genre et discriminations sexistes et homophobes)

le 10 novembre 2016
à la Maison de la Recherche Germaine Tillion

Ecriture, femmes et engagement
Une question de genre

La journée d’études se poursuivra à la médiathèque Toussaint à 18h30 par une table ronde en présence des écrivaines Laura Alcoba, Sara Rosenberg et Nadia Sebkhi

Entrée libre et gratuite

PROGRAMME

9h15 │Accueil

9h45 │ Présentation de Christine Bard, Professeure d’histoire contemporaine, responsable du programme régional GEDI

10h │

Frédérique Le Nan, MCF HDR en langues et littératures du Moyen-Âge, CERIEC, Université d’Angers, De Christine de Pizan à Annie Ernaux (lectures croisées)

Laure Crémona, Doctorante en littérature médiévale, CERIEC, Université d’Angers, Parcours féminins d’exception au Moyen-Âge. Du siècle à la chanson de geste, Dhuoda, Orable, Ermangarde

Emilie Lehours, Docteure en études romanes, CRINI, Université de Nantes, Eleonora De Fonseca Pimentel et la république parthénopéenne de 1799

11h : Pause café

11h15 │

Gelareh Yvard, MCF en civilisation américaine, CRILA, Université d’Angers, Rachel Carson, écrivaine engagée et son héritage politique et social

Taïna Tuhkunen, Professeure en Études anglophones, CRILA, Université d’Angers, Exclusion, émergence et engagement dans l’œuvre poétique de Sylvia Plath (1932-1963)

12h15 : Déjeuner

14h15 │

Pascale Denance, MCF en littérature américaine, CRILA, Université d’Angers, Révolte et aspirations identitaires dans Jane Eyre, de Charlotte Brontë

Jean-Michel Yvard, MCF en Histoire des idées et civilisation britannique, CRILA, Université d’Angers, Annie Besant, itinéraire d’une femme engagée: du militantisme séculariste à l’activisme théosophique

Benaouda Lebdaï, Professeur de littérature postcoloniale, 3L.AM, Université du Maine, La genèse de l’engagement de la romancière sud-africaine Nadine Gordimer

18h30 │ Table ronde : Ecriture, femmes et engagement

A la médiathèque Toussaint

Résultat du vote « Quelle(s) féministe(s) au Panthéon ? » – Fête de la science 201

Suite à la Nuit Européenne des Chercheurs du 30 septembre 2016, le programme GEDI vous invitait à nouveau à voter pour les féministes que vous souhaiteriez panthéoniser, lors de la Fête de la Science qui s’est déroulée les 15 et 16 octobre. Un poster vous présentait les notices biographiques de dix féministes. Leurs notices complètes étaient également visibles dans la version de travail du Dictionnaire des féministes qui paraîtra au PUF en février 2017.

Vous avez été 96 à voter, les résultats sont ci-dessous :

Classement Nom Nombre de voix
1

Olympe de Gouges

24

2

Simone de Beauvoir

22

3

Louise Michel

18

4

George Sand

11

5

Simone Iff

10

6

Jeanne Deroin

4

7

Cécile Brunschvicg

3

8

Maria Deraismes

2

9 ex-aequo

Hubertine Auclert

1

9 ex-aequo

Monique Wittig

1

Nombre total de vote : 96

 

Avec 24 voix, c’est à nouveau Olympe de Gouges (1748-1793), auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne qui se classe en première position. Suivent ensuite Simone de Beauvoir en deuxième place, avec 22 voix, et Louise Michel, troisième, avec 18 voix, leurs places se trouvant ainsi inversées par rapport au vote lors de la Nuit Européenne des Chercheurs (Louise Michel : 22 voix, Simone de Beauvoir : 16 voix). George Sand demeure quatrième avec 11 voix, tandis que Simone Iff obtient 10 votes et passe de la septième place à la cinquième. Suivent Jeanne Deroin, avec 4 voix, Cécile Brunschvicg, plébiscitée par 3 votes, et Maria Deraismes, deux voix. Hubertine Auclert et Monique Wittig sont en neuvième position ex-aequo avec un vote chacune.

Invitation à la Fête de la Science – 15-16 octobre à Angers

Le programme de recherche GEDI a le plaisir de vous inviter à la 26ème édition de la Fête de la Science qui se déroulera conjointement à la Faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines (11 boulevard Lavoisier) et à la Bibliothèque Universitaire de Belle-Beille (5 rue André Lenôtre).
 
Rendez-vous avec le programme GEDI
le samedi 15 et le dimanche 16 octobre de 14h à 18h
au premier étage de la bibliothèque universitaire sur le campus de belle beille.

au programme:

Quelle féministe au Panthéon ?

A partir d’une liste d’une dizaine de féministes, le public sera invité à voter pour celle qu’il souhaiterait voir panthéoniser. Nous retrouvons ces femmes dans le Dictionnaire des féministes en France à paraître aux Presses Universitaires de France en février 2017. Ce dictionnaire, en partie réalisé dans le cadre du programme GEDI (Genre et discriminations sexistes et homophobes), est le résultat de la collaboration de 195 auteurs pour 556 notices. Les multiples étapes pour arriver à cet ouvrage de référence jusqu’alors inexistant sont à découvrir. Une exposition sur les féministes dites « de la première vague » accompagne cette recherche de connaissance de féministes connues mais aussi oubliées.

Le dépouillement des votes le dimanche nous permettra de confronter ce résultat aux sondages déjà réalisés… le résultat sera publié

Le 5e Festival international des écrits de femmes consacré aux « féminismes » – 8-9 octobre 2016

La cinquième édition du Festival international des écrits de femmes se déroulera les 8 et 9 octobre à Saint-Sauveur-en-Puisaye

Il sera, cette année, consacrée aux « Feminismes », avec, entre autres,  Laure Adler, Christine Bard, Catherine Clément, Geneviève Fraysse, Joëlle Gardes, Anne Garreta, Xavière Gauthier, Liliane Kandel, Julia Kristeva, Catherine Marand-Fouquet, Bénédicte Martin, Frédéric Regard, Ina Schabert, Pinar Selek…

cf. programme du FIEF

 

Résultat du vote « Quelle(s) féministe(s) au Panthéon ? » – Nuit Européenne des Chercheur.e.s

Le stand GEDI vous invitait, lors de la Nuit Européenne des Chercheur.e.s du 30 septembre 2016, à voter pour les féministes que vous souhaiteriez panthéoniser. Un poster présentait les notices biographiques de dix féministes importantes. Vous avez été 106 à participer au vote et 28 à voter pour Olympe de Gouges (1748–1793), auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, qui se classe première de la liste. Suivent en deuxième et troisième position Louise Michel (1830-1905), avec 22 voix, et Simone de Beauvoir (1908-1986) qui obtient 16 voix. Voici le détail des résultats:

1 Olympes de Gouges 28
2 Louise Michel 22
3 Simone de Beauvoir 16
4 George Sand 14
5 Jeanne Deroin 8
6 Hubertine Auclert 7
7 ex-aequo Cécile Brunschvicg 4
7 ex-aequo Simone Iff 4
8 Monique Wittig 2
9 Maria Deraismes 1
Nombre total de vote : 106

Comparons ces résultats avec la consultation internet sur le Panthéon réalisée en 2013 par le Centre des Monuments Nationaux. Parmi les questions proposées, l’une demandait : « qui souhaitez-vous-voir entrer au Panthéon ? ». Les vingt noms les plus cités par les 30 715 réponses complètes étaient les suivants : 1. Olympe de Gouges, 2. Germaine Tillion, 3. Louise Michel, 4. Simone de Beauvoir, 5. Hélie de Saint-Marc, 6. Lucie Aubrac, 7. Abbé Pierre, 8. Charles de Gaulle, 9. Simone Veil, 10. Jérôme Lejeune, 11. George Sand, 12. Stéphane Hessel, 13. Sœur Emmanuelle, 14. Maria Deraismes, 15. Jean Zay, 16. Denis Diderot, 17. Coluche, 18. Frédéric Bastiat, 19. Simone Weil, 20. Abbé de l’Epée.
Olympe de Gouges est à la fois la première du classement et la première femme et féministe à être citée par les consultés, comme lors du vote de la Nuit Européenne des Chercheurs. Si, dans la consultation de 2013, on ôte les femmes telles que Germaine Tillion, Lucie Aubrac et Simone Veil qui n’étaient pas proposées dans la liste des dix féministes, suivent dans l’ordre Louise Michel (3e du classement), Simone de Beauvoir (4e), George Sand (11e) et Maria Deraismes (14e). L’ordre, avec lequel ces féministes apparaissent, correspond aux résultats du vote réalisé lors de la Nuit Européenne des Chercheurs, à l’exception de Maria Deraismes qui se place en dernière position derrière Jeanne Deroin, Hubertine Auclert, Cécile Brunschvicg, Simone Iff et Monique Wittig, non citées dans la consultation de 2013.
Olympe de Gouges, dont la panthéonisation avait été refusée par François Mitterrand en 1989 puis non choisie à nouveau en 2014 par François Hollande malgré une forte mobilisation féministe, est plébiscitée aujourd’hui et depuis 2013 lors des consultations à Angers comme ailleurs.

La nuit des chercheur.e.s, le 30 septembre dernier au Mans.

Notre activité autour de femmes remarquables en Sarthe a connu un beau succès. Nous avons recueilli 74 bulletins de vote. La consigne était de voter pour trois femmes (sur les 14 proposées, avec possibilité d’ajouter des noms), dont on souhaiterait voir le nom donné à un bâtiment ou une salle du campus.

Les résultats sont les suivants:

Trio de tête:
1. Claire Gibault
2. Anne Fillon
3. Renée Diveau

« Trio » suivant:
4. Christelle Daunay
5 ex æquo. Marie Pape-Carpantier
5 ex æquo. Bérengère de Naverre
5 ex æquo. Liane de Pougy

Viennent ensuite
6 ex æquo: Hélène Bertaux
6 ex æquo: Catherine Paysan
7. Dominique Niederkorn
8. Clémence de Grandval
9. Colette Cosnier
10. Muriel Hermine
11. Haremburgis du Maine

Ont été proposés en outre les noms de
Joelle Pichon
George Sand (pas de lien avec la Sarthe à notre connaissance … mais si vous avez des infos elles sont les bienvenues).

Appel à communication // Femmes en francophonie – colloque international 23-24 mars à l’Université d’Angers

Femmes en francophonie

Colloque international – 4ème édition

Les 23 et 24 mars 2017

Quelle place les femmes d’hier et d’aujourd’hui occupent-elles dans le monde de la francophonie ? Comment se positionnent-elles dans ce vaste et riche espace ? De quelle manière s’y expriment-elles ? Parfois épineuse, la question des femmes en francophonie peut s’étudier au croisement de domaines de recherche variés tel que la littérature, les sciences du langage, l’histoire, l’ethnologie, la sociologie, les médias, la communication ou encore la philosophie.

Organisé pour la quatrième année consécutive dans le cadre des Journées de la francophonie, ce colloque international se propose d’établir quelques éléments de réponse aux nombreuses questions que soulève la thématique des femmes en francophonie. Transdisciplinaire, il permettra aux chercheurs issus d’universités et de domaines de recherches divers de partager leurs connaissances sur la question des femmes en francophonie. Il donnera également à partager les expériences et le point de vue d’auteures issues d’horizons francophones variés.

Ce colloque abordera les thématiques suivantes en priorité́ :

– Femmes et engagement : au fil du temps, les femmes se sont engagées dans de nombreuses luttes pour faire progresser leurs droits : du vote à la question de l’avortement en passant par les enjeux de l’accès à l’éducation, les femmes participent aujourd’hui activement à la vie politique, sociale, artistique et économique de leurs pays. Des femmes pionnières ont ouvert de nouvelles voies dans divers domaines mais quels ont été́ les défis, les obstacles et les limites rencontrés à travers les époques et les espaces géographiques francophones ? Droits acquis ou innés, libertés dûment gagnées et oubliées… Où en sont les femmes dans la francophonie actuelle ?

– Femmes et diversité́ : le contexte de mondialisation que nous connaissons aujourd’hui, se questionner sur les femmes en francophonie est complexe. Prises entre les vents de l’uniformisation et ceux du contact permanent, les femmes francophones sont appelées à remettre en question leur statut et à prendre conscience de leur rôle aux niveaux familial, communautaire, national et international. Comment le comportement, les gestes, les paroles et les codes sont-ils interprétés d’une culture à l’autre, d’une époque à l’autre, d’un continent à l’autre, d’un espace privé à un espace public ?

– Femmes et littérature : cet axe, qui mettra en lumière des auteures plus ou moins connues d’horizons géographiques variés, se proposera, entre autres, de questionner l’engagement des femmes francophones qui prennent la plume, mais aussi d’étudier la façon dont leurs cultures francophones propres transparaissent à travers leurs créations littéraires. Cette thématique des femmes en littérature amènera également à s’interroger sur les difficultés que peuvent rencontrer ces dernières pour accéder à l’écriture et surtout pour être publiées.

– Femmes et éducation : cet axe portera sur les enjeux de l’éducation et de la formation des femmes dans le monde francophone. Il traitera également des résolutions prises par l’OIF afin de promouvoir l’éducation des femmes. Il esquissera enfin quelques portraits de femmes pionnières en matière d’éducation et d’autres encore qui ont connu un parcours de combattant afin d’accéder elles-mêmes à l’éducation ou d’y faire accéder leurs enfants.

Nous vous invitons à soumettre des propositions de communication portant sur l’un ou plusieurs de ces sujets ou sur tout autre aspect relié à la thématique générale avant le 14 décembre 2016. Toutes les propositions seront soumises à l’évaluation du Comité. Les communications admises ne dépasseront pas les 20 minutes. Votre proposition de communication sera sous forme d’un résumé de 250 mots accompagné d’un court CV sur le courriel suivant : francophonie.mars2017@gmail.com

« Mauvaises filles » les 12 et 17 octobre 2016

Vous êtes invité.e.s à participer à la conférence-débat, 

organisée par l’axe 2 de la SFR Confluences : Changement social : genre, discriminations, inégalités,
qui aura lieu le lundi 17 octobre, de 18h à 20h, à la Maison de la recherche Germaine Tillion et qui aura pour thème :
 
« Mauvaises filles. Incorrigibles et rebelles », par Véronique Blanchard et David Niget
cette conférence fera suite à

La FabriQue d’admirations et d’impertinences du Quai-Centre dramatique National – Angers – Pays de la Loire ouvre sa saison 2 !

Le Quai CDN s’est associé aux deux universités angevines : l’Université d’Angers et l’Université Catholique de l’Ouest afin de bâtir des rendez-vous publics inédits.
La FabriQue a pour ambition de proposer des espaces différents, des digressions, en marge de la programmation des spectacles du Quai, des endroits d’expression hétérogènes, qui œuvrent pour une friction entre gestes artistiques et paroles universitaires. Là où les mots et les idées peuvent rejoindre autrement les enjeux de la création artistique.

La FabriQue propose cette saison un programme de sept rendez-vous à la fois chercheurs et joueurs, scientifiques et philosophiques, universitaires et artistiques.
Le plateau des thèmes abordés est varié, en lien ou non avec la programmation des spectacles du Quai, à l’actualité, à l’envie des participants.
Le programme détaillé de tous les rendez-vous de la FabriQue 16/17 sera diffusé très prochainement.
Rendez-vous gratuits sur réservation au 02 41 22 20 20

1er rendez-vous de la saison : Fabrique #7 consacré aux « Mauvaises filles » ! avec David Niget, MCF en histoire contemporaine à l’Université d’Angers et membre du programme GEDI.

Le programme de recherche GEDI est partenaire de cette exposition présentée à Lille en avril 2016.

vous êtes invité.e.s à retrouver à Angers:

Conférence performée, signatures d’un beau-livre et vernissage de l’exposition
M
ercredi 12 octobre à 18h30.

 

GEDI à la Nuit Européenne des Chercheurs le 30 septembre 2016

Le programme de recherche GEDI a le plaisir de vous convier à la Nuit européenne des Chercheurs

à la médiathèque Toussaint à partir de 18h30
Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine (université d’Angers), directrice du programme GEDIPauline Boivineau, ingénieure d’étude du programme GEDI (université d’Angers)Annie Ribrault, coordinatrice de la SFR Confluences (université d’Angers)vous accueilleront afin de vous présenter le programme GEDI et vous inviter à découvrir des femmes féministes, connues et méconnues…

Quelle(s) féministe(s) au Panthéon ?

A partir d’une liste d’une dizaine de féministes, le public sera invité à voter pour celle(s) qu’il souhaiterait voir panthéoniser. Nous retrouvons ces femmes dans le Dictionnaire des féministes à paraître aux presses universitaires de France en février 2017. Ce dictionnaire, en partie réalisé dans le cadre du programme GEDI, est le résultat de la collaboration de 195 auteur.e.s pour 556 notices.

Les étapes pour arriver à cet ouvrage de référence sont à découvrir. Travailler sur la (re)découverte de femmes féministes est une des actions du programme GEDI qui comporte 5 axes combinant des recherches en lettres, langues, sociologie, histoire, géographie, droit, STAPS, gestion. Il se propose de montrer la persistance des inégalités de fait et apporte une expertise sur les modalités du changement juridique et sociétal. L’interaction avec les collectivités, les associations, les actrices et les acteurs des luttes contre les discriminations y est importante.

Le dépouillement des votes nous permettra de confronter ce résultat aux sondages déjà réalisés au niveau national. Les résultats seront publiés sur le carnet de recherche

https://gedi.hypotheses.org/

la collection

http://www.terre-des-sciences.fr/agenda/evenement/la-nuit-europeenne-des-chercheurs/

 


Coordination du programme GEDI
SFR Confluences
Maison de la recherche Germaine Tillion
Bureau 4, Université d’Angers

Benoîte Groult, le genre et le temps paru aux PUR, coll. Archives du féminismes

En 2014, l’Université d’Angers accueillait le premier colloque international dédié à Benoîte Groult, écrivaine et féministe disparue en juin 2016. Les actes de ce colloque viennent d’être publiés sous le titre Benoîte Groult, le genre et le temps, sous la direction de Sylvie Carmet. Il est paru le 30 juin 2016, aux éditions des Presses Universitaires de Rennes (PUR), dans la collection Archives du féminisme (208 pages).

« Écrivaine, ayant incarné les combats féministes de la seconde moitié du XXe siècle, rédigé des livres, participé à la création du magazine F, traduit des œuvres de l’anglais, donné des conférences à travers le monde, enseigné le latin, lutté contre les mutilations génitales féminines, défendu le droit à mourir dans la dignité, c’est tout cela que concentre le nom de Benoîte Groult »

http://www.univ-angers.fr/fr/recherche/unites-et-structures-de-recherche/pole-ll-shs/ceriec/parution-d-un-roman-sur-benoite-groult.html

La FabriQue #6 L’homme augmenté – Lundi 20 juin 18h30 – Forum – Le Quai-CDN

L’homme « augmenté » – Utopie (technique) / Dystopie (politique)
Conférence théâtralisée et présentation technique d’objets
lundi 20 juin à 18h30– Forum du Quai – Gratuit sur réservation au 02 41 22 20 20

Dernier rdv de la saison et du partenariat du programme GEDI avec le CDN – Le Quai

Du Golem jusqu’à Avatar, en passant par Frankenstein et Superman, de la littérature talmudique aux films de science-fiction actuels (Lucie…), en passant par la mythologie grecque avec Dédale et Icare, les images d’Hommes augmentés ne manquent pas.
Le désir de « tuer la mort », de dépasser ses limites ou de s’attribuer de nouveaux pouvoirs a toujours fait fantasmer l’être humain. Mais s’agit-il encore de fantasmes ou de rêves inaccessibles à l’heure où la convergence des disciplines interconnecte l’infiniment petit, la fabrication du vivant, les machines « pensantes » et l’étude du cerveau ?
Les NBIC ouvrent des voies de recherche encore largement inexplorées. Certains « transhumanistes » espèrent tirer de ces connaissances de nouvelles technologies capables de changer l’Homme.
Quels sont les enjeux, les possibles, mais aussi les risques et la légitimité d’une telle quête ?

Avec  Vincent GUÉRIN Docteur en Histoire contemporaine, Université d’Angers et Ingénieur d’études du programme GEDI
Jean-Pierre JANDOT Médiateur scientifique – Terre des sciences
Catherine LEVISAGE Directeur de recherche INSERM – Laboratoire d’ingénierie ostéo-articulaire et dentaire, Université de Nantes
Mehdi LHOMMEAU Maître de conférences, ISTIA – Université d’Angers
et les complicités artistiques de David ROPARS et Chloé THOREY, metteur en scène et comédienne.

Le lien mail de ce rendez-vous : http://www.lequai-angers.eu/saison/la-fabrique_5