19 octobre – Séminaire avec Anne Revillard et Dorota Szelewa à la MSH de Nantes

séminaire GEDI 9h-12h30, MSH, Université de Nantes 19 octobre 2018 

Coorganisé avec le laboratoire Droit et Changement Social

avec le soutien de l’Irish Research Council et de Campus France

9h : « Right-Wing Populism, Gender, and Social Policies in Hungary and Poland » avec Dorota Szelewa, PhD. Lecturer in Social Justice, University College Dublin

After the fall of state-socialism, conservative attitudes towards gender roles dominated public debates in most of the East European countries. As aspiring to EU membership, Hungary and Poland reformed their legal systems adopting anti-discrimination law and the principles of gender mainstreaming. And yet, the legacy of this initial anti-feminist turn continued to influence social policies in the direction of re-familialization.

The goal of this communication is to analyse recent reforms and discourses about gender roles as produced and activated by the right-wing populist governments in Hungary and Poland. My research strategy would be to apply the framework of discursive institutionalism, pointing to the role of crucial actors and ideational path-dependencies. My argument is that the recent developments in these policies and discourses are in line with the conservative climate for the development of social policies that already emerged during the period of transition and can be interpreted as re-building and strengthening national identities. Finally, as previous studies often focussed on Hungarian Polish comparison due to differences in their policy mixes, with Hungary being labelled ‘public maternalism’ and Poland – ‘private maternalism’, this paper demonstrates how the recent reforms contribute to transformation of Polish version of maternalism from ‘private’ to ‘public’.

10h30 : « La cause des femmes dans l’État : une comparaison France-Québec » avec Anne Revillard, Professeure associée en sociologie Sciences Po, OSC-LIEPP

L’État peut-il penser la cause des femmes ? L’amélioration du statut social des femmes et la déstabilisation des inégalités entre les sexes ont constitué une des transformations sociales les plus marquantes du xxe siècle.

Cet ouvrage montre comment des institutions gouvernementales ont participé à cette dynamique de changement social, en s’intéressant aux Secrétariats d’États, conseils consultatifs et autres instances étatiques qui, depuis les années 1960, ont été chargés d’une mission de promotion des droits et du statut des femmes.

Dans le cadre d’une comparaison franco-québécoise inédite, l’auteure présente les actrices, les institutions et les orientations des politiques d’égalité depuis leurs origines jusqu’à leurs questionnements contemporains (gender mainstreaming, diversité). Prenant appui sur une enquête de terrain approfondie, l’ouvrage mobilise des portraits de pionnières de ce « féminisme d’État », mais aussi des témoignages de ses actrices moins visibles, défendant la cause des femmes par un travail administratif plus feutré.

Il évoque les débats qui ont marqué cette politique au fil des années, de l’égalité professionnelle à la lutte contre les violences, de la remise en question des stéréotypes sexués à la parité. À partir d’une démarche de politique comparée et de sociologie de l’action publique, l’auteure montre comment politique contestataire et politique publique s’articulent pour ces institutions promouvant la cause des femmes dans et par l’État.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.