La FabriQue d’admirations et d’impertinences: l’injure le 3 mai 2016 au théâtre le Quai

LaFABRIQUE05.LInjureWeb2

Dans le cadre du programme de La FabriQue d’admirations et d’impertinences, le théâtre le Quai et le programme de recherche GEDI vous invitent au 5ème rendez-vous de celle-ci. Elle fait suite à une journée d’études sur l’injure du programme GEDI en novembre 2014 à l’Université d’Angers.

Conférence performée et installation L’injure de Rabelais à Charlie
mardi 3 mai à 18h30– Forum du Quai – Gratuit sur réservation au 02 41 22 20 20

L’injure n’existe pas ! Ni dans la loi, ni dans la foi. Elle est dans l’intention de l’injurieur. Elle est dans les ressentiments de l’injurié. Elle est dans le regard indifférent ou le silence complice des témoins. Elle est toujours située, en prise avec un con-texte. Elle témoigne d’un rapport de domination sans lequel elle n’aurait pas lieu. L’injure est insaisissable ; au point d’être difficilement sanctionnée. Tentons alors de mieux la cerner, de l’emprisonner dans nos filets avant de la rejeter à la mer. L’injure n’existe pas mais on peut peut-être apprendre à lutter contre elle. Avec la loi ? Ou avec toi et moi ?
Une performance de lycéens partenaires du CDN sera donnée à cette occasion afin d’illustrer les propos !
En écho à ce rendez-vous, nous exposons quelques travaux d’élèves de l’École supérieure des beaux-arts TALM – Angers

Avec Jimmy CHARRUAU Doctorant en droit, chargé d’enseignements Université d’Angers
Emmanuel GRATTON Docteur en sociologie, maître de conférences, département de psychologie Université d’Angers
Les lycéens de la seconde H du Lycée Chevrollier et de la première L du Lycée Sacré-Coeur dirigés par les comédiens et metteurs en scène du Nouveau Théâtre Populaire
Les élèves de l’École supérieure des Beaux-arts TALM – Angers sous la direction d’Andrez Ramirez, enseignant


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.