Séminaire interdisciplinaire inter-axes « Genre et norme » 2015 – 2016 – Nantes Genre et emploi Vendredi 29 avril 2016 – 9h30/12h30 Salle de conférences (rdc) MSH Ange-Guépin Nantes

Séminaire interdisciplinaire inter-axes
« Genre et norme » 2015 – 2016 – Nantes

Genre et emploi

Vendredi 29 avril 2016 – 9h30/12h30

Salle de conférences (rdc)
MSH Ange-Guépin
5 allée Jacques Berque à Nantes (Stade Marcel-Saupin)
Tramway ligne 1 (Arrêt Gare SNCF) : sortie Gare Sud
Chronobus C3 et C5 (Arrêt Saupin-Crédit Municipal) / Busway (Arrêt Cité des congrès) / Bicloo

Ce séminaire est organisé dans le cadre du projet de recherche « Genre et discriminations (GEDI) » agréé par le conseil scientifique de la MSH Ange-Guépin en novembre 2012 et financé par le Conseil régional des Pays de la Loire.
L’objectif de ce séminaire est de permettre la rencontre et le débat entre des chercheur.e.s relevant de disciplines universitaires différentes afin de mettre leurs travaux de recherche, réalisés dans des champs disciplinaires et thématiques variés, à l’épreuve du concept de genre, en focalisant sur les marges, les manifestations d’écarts par rapport à la norme.

L’intervenante :
Anne-Sophie Hocquet, Maîtresse de Conférences en Droit privé, Université d’Angers. Laboratoire « Centre Jean BODIN ».

Jusqu’à l’aune des années 1970, c’est une logique de protection de la femme qui prévaut. Nul ne se soucie d’égalité des genres ou d’égalité des chances. La femme, sujet récent de Droit, est avant tout perçue comme un ventre de mère et c’est ce statut de mère ou de future mère que l’on protège quand elle « travaille ». Il s’agit alors de prévoir le renouvellement physique de la Nation française.
A compter de la loi du 22 décembre 1972, sous l’influence de normes internationales et européennes, le législateur français est intervenu à plusieurs reprises pour garantir formellement l’égalité de rémunération puis de traitement entre les hommes et les femmes. Mais cette égalité en droits, ou de droits, n’a pas été suffisante pour permettre l’égalité dans l’emploi et à l’emploi. L’étape suivante de construction du droit de l’égalité professionnelle a donc consisté, toujours sous l’influence du droit européen, à mettre en oeuvre des dispositifs pour tenter de rendre réelle cette égalité.
Ce passage de l’égalité formelle à l’égalité réelle donne consistance à la notion de genre au delà de celle du sexe.
A chaque étape a correspondu une forme d’outil juridique : la loi assortie de sanction pénale pour parvenir à l’égalité formelle. La négociation obligatoire et les sanctions administratives pour permettre l’égalité réelle.
Pour autant cette construction juridique d’un droit à l’égalité professionnelle ne peut se passer du rôle du juge tant européen que français. Car « genre et emploi », tant dans l’accès à ce dernier que dans le déroulement de carrière, est une équation nouvelle qui peut facilement se trouver en contradiction avec d’autres droits fondamentaux qui appartiennent indifféremment au genre humain : la religion, la santé et la sécurité particulièrement.

Le séminaire est ouvert à tout-e chercheur-e ou personne intéressé-e, quel que soit son statut, sur simple inscription auprès de lise.legal@univ-nantes.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.