Axe 5 – Mobilisations militantes

Axe 5 – Mobilisations militantes

Responsables scientifiques : Christine Bard, Emmanuel Gratton

Billets de l’Axe 5 postés sur le blog

Le « comment lutter » se décline ici de plusieurs manières, avec des études empiriques, historiques, sociopolitiques, à une échelle locale, nationale et internationale.

A – « Les jeunes luttent contre les discriminations »

Cette enquête intéresse directement la Région à travers l’étude de son plan d’action éducative (Région/Rectorat), une initiative couronnée de succès, comme plusieurs membres de GEDI ont pu le constater dans le passé en participant à des actions lycéennes et à des restitutions à titre d’expert-e-s. L’étude aura un aspect quantitatif et qualitatif, approfondissant l’impact de l’action dans cinq lycées choisis pour leurs particularités géographiques, leurs filières, le ciblage des actions sur le sexisme et l’homophobie. Il s’agit d’arriver, après avoir suscité les témoignages des différents acteurs/actrices impliqué.es à un diagnostic partagé avec les établissements et avec toutes les parties prenantes du dispositif, lycéens compris. Quels sont les effets produits à court, moyen et long terme ? Le travail de recherche se terminera par une journée de restitution dans les cinq établissements.

B. Buzzons contre le sexisme : analyse des vidéos produites pour le concours

En participant à ce concours national créé par Télédebout il y a deux ans, les jeunes s’expriment directement sur les discriminations : ils formulent un constat et imaginent des remèdes. Plus d’une centaines de vidéos sont analysables. Elles proviennent souvent de collèges et de lycées de zones rurales ou de quartiers défavorisés. C’est un corpus encore inexploré par la recherche universitaire qui invite à questionner la forme (usage de la vidéo, scénario, scénettes et dialogues, forum-théâtre, imitation du journal télévisé, interviews d’experts…) et le fond : identification des discriminations sexistes fréquentes, ou plus rares, spécifiques aux jeunes ou frappant plutôt la génération de leurs mères (violences conjugales, inégalité dans l’accomplissement des tâches domestiques).

C – Féminisme : une histoire en mouvement(s)

Grâce aux archives accumulées depuis 2001 au Centre des archives du féminisme à Angers, la masse documentaire sur le féminisme s’accroît, se diversifie, offrant de multiples possibilités de recherches. Toutes sont très neuves puisque la documentation n’était souvent pas disponible avant le don ou le dépôt par l’association ou la militante. Pour GEDI, on se propose de relire d’abord l’histoire du féminisme sous l’angle de son acculturation à la rhétorique de la discrimination et de la dénonciation du sexisme. On creusera également – autre sujet neuf – l’articulation des luttes féministes et lesbiennes pour comprendre comment la double prise en compte du sexisme et de l’homophobie s’est faite (ou pas pour certaines) et faire plus spécifiquement l’histoire de la lutte contre la lesbophobie, à partir du fonds que Raymonde Gérard (ex-présidente de la Coordination lesbienne nationale) a donné en 2013.

D – Le masculinisme en question

Au féminisme qui dénonce les inégalités dont sont victimes les femmes répond aujourd’hui le masculinisme, bien implanté en Amérique du Nord, moins visible en France, sauf à travers la revendication d’associations de pères divorcés (avec un retour dans l’actualité en février 2013 à Nantes). Le masculinisme s’est emparé du discours anti-discrimination forgé par le féminisme et la culture juridique contemporaine. Il s’agit donc d’une part de comprendre l’histoire et le développement à la lumière de l’antiféminisme, mais aussi de comprendre ce qu’il représente dans le paysage contemporain des masculinités. C’est en effet le modèle de la « masculinité hégémonique » qu’il défend, à travers la domination des femmes mais aussi de catégories d’hommes déviant de cette norme (parmi lesquels les hommes féministes, les « pisse-assis »). L’approche historique et politique du sujet sera privilégiée pour compléter l’analyse en termes de « coût de la masculinité » déjà traitée dans l’ouvrage collectif Boys Don’t Cry (2012). Le masculinisme présente d’un pays à l’autre un visage différent, d’où l’intérêt du comparatisme, fondé sur les études de référence portant sur le Québec (F. Dupuis-Déri, M. Blais). La recherche prendra la forme d’un colloque international.