Axe 3 – Travail, emploi, territoire

Axe 3 Travail, emploi, territoire : égalité de droit et inégalités de fait

Responsables scientifiques : Erika Flahault, Annie Dussuet

Billets de l’Axe 3 postés sur le blog

Il s’agit d’analyser les dispositifs de lutte contre les discriminations mises en œuvre en Pays de la Loire à travers, notamment, les effets de territoire qui ressortent de la comparaison des espaces (rural, périurbain, centre-ville). On s’intéressera aux politiques visant explicitement la lutte contre les discriminations, aux politiques sociales et sanitaires, mais aussi aux politiques de mobilité et d’aménagement du territoire.

A – Discriminations, emploi, travail, territoires. Les politiques publiques produisent parfois de la discrimination indirecte à travers des effets inattendus et secondaires, dans l’accès à l’emploi, au travail, aux services. Quels sont les obstacles qui, de fait, discriminent les femmes dans l’accès au marché du travail ? On s’intéressera aux services impulsés par les politiques publiques (transports, gardes d’enfants, aide aux personnes âgées) qui peuvent contribuer à lever ces obstacles, mais aussi aux emplois offerts par les collectivités publiques qui peuvent dynamiser le marché du travail local.

L’agglomération nantaise, grâce aux résultats du programme européen FLOWS, auquel participent plusieurs chercheuses de GEDI, sera comparée aux autres grandes agglomérations, ainsi qu’à d’autres types d’espaces de la région. Cette recherche se fait en partenariat avec le réseau des Centres d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles, qui, du fait de sa mission d’accompagnement des femmes dans l’accès aux droits, est un observatoire privilégié au niveau régional.

B – Territoires et fabrique du genre. Il s’agit d’analyser les pratiques spécifiques et différenciées des femmes et des hommes sur les territoires rural et péri-urbain. On montrera ainsi comment le territoire participe à la construction de la norme de genre. Il peut générer des inégalités femmes-hommes mais aussi aider à les réduire. Cette réflexion sera menée à travers deux entrées : – par les pratiques sociales (l’exemple des migrations des couples avec enfants vers le rural/périurbain avec la question centrale des mobilités et de l’accès aux services et à l’emploi pour les femmes) – par les politiques des collectivités (l’exemple des communes rurales ou péri-urbaines favorisant les déplacements et l’accès aux services ; comparaison avec des communes adhérant au réseau cittaslow).

C – Autres terrains en France : le bâtiment et les entreprises familiales. Particulièrement nombreuses en Pays de la Loire, ces entreprises sont soumises à la loi du 28 janvier 2011 qui rend obligatoire la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d’administration et de surveillance dans les SA et sociétés en commandite. Comment l’appliquent-elles ? Le cas du secteur très « masculin » du bâtiment sera aussi étudié pour saisir les pratiques discriminantes et les moyens de s’en affranchir pour les rares femmes y travaillant.

D – Migrantes au travail dans les Émirats Arabes Unis. L’enquête porte sur les Marocaines qui subissent dans ce pays une forte précarisation. Beaucoup ont cru accéder à des emplois d’enseignantes, de chef de cuisine ou de garde de personnes âgées ou malades et se retrouvent « bonnes à tout faire » ou prostituées. D’autres plus rares, diplômées, vivent au contraire une ascension sociale. Discriminées à raison de leur sexe et de leur origine, elles ont des trajectoires variées selon quelles s’orientent vers les services, le travail du sexe ou les emplois scientifiques. Ce sont ces trajectoires que l’enquête suivra avant, pendant, après la migration.