Axe 2 – Voix de femmes

Axe 2 – Voix de femmes : quelle place, quelles lectures à l’université ?

Responsables scientifiques : Frédérique Le Nan, Julien Kilanga, Catherine Pergoux-Baeza

Billets de l’Axe 2 postés sur le blog

L’institution universitaire joue un rôle indispensable, quoique non exclusif, dans la constitution d’un canon littéraire. Or elle discrimine les femmes auteures, souvent méconnues.

A – Au purgatoire des bas-bleus : les femmes auteures face à la critique savante

Il s’agit de travailler à un état des lieux de la critique savante au sein de champs bien spécifiques et circonscrits, en France et à l’étranger, à partir des spécialités des membres du projet. Seront étudiées de manière non exclusive : les trobairitz ou poétesses du XIIe siècle dans le domaine français, le Nuovo canzoniere italiano au XXe siècle (études italianophones), Isabel Allende, largement traduite, mais absente des programmes de recherche, des poétesses chiliennes des XXe et XXIe siècle marginalisées et peu diffusées (domaine hispaniste d’Amérique du Sud), le roman de femmes auteures en langue allemande au XVIIIe siècle dont Fanny Tarnow, Johanna Schopenhauer, entre audace et conformisme. Le projet s’intéresse aussi à la réception de textes « militants » d’auteures britanniques comme Angela Carter, dite « féministe », ou Ali Smith et Jeannette Winterson, dites « lesbiennes ». La recherche porte sur les discours critiques ainsi que sur les textes des auteurs. Des modalités de valorisation (éditions et rééditions, traductions, thèses et mémoires) seront proposées.

B – L’enseignement des œuvres de femmes dans les universités francophones : une enquête comparée dans les universités de la région et les universités partenaires de la francophonie intéressées sera menée afin de déterminer la place que les œuvres de femmes occupent dans les programmes et la « bibliothèque » que construit l’université pour ses étudiants. Après le recueil des données, une journée d’études confrontera les résultats.