Axe 1 – Langage du corps

Axe 1 – Langage du corps : contraintes et résistances

Responsables scientifiques : Omar Zanna, Angelina Etiemble, Sylvain Villaret

Billets de l’axe 1 postés sur le blog

L’étude porte sur les discriminations liées au genre dans l’univers des pratiques d’éducation physique et du sport. Elles y sont très fortes, et bien souvent associées à d’autres discriminations. Il s’agit aussi d’analyser les réponses apportées par les institutions (la mixité par exemple) et d’apporter des recommandations sous la forme d’un Guide. L’enquête sur les associations, clubs et fédérations sportifs de la région part du constat des obstacles bien connus au développement de la pratique sportive dite féminine. La lutte antidiscriminatoire permet-elle de dépasser ces obstacles ? Quelles différences entre le sport professionnel et le sport amateur ? Y a-t-il une conscience des discriminations produites par l’institution elle-même ? La mise en jeu du corps – sexe et genre – sera étudiée sous l’angle des contraintes mais aussi des résistances, principalement en France mais aussi sur un terrain plus lointain, le Maroc.

A – Le terrain scolaire est étudié au Mans à partir d’écoles primaires de « centre ville » et deux écoles de quartiers périphériques (du CP au CM2 – une classe de chaque niveau), soit 20 classes, ainsi que sur deux collèges en centre-ville et deux dans les quartiers périphériques (6e à 3e – une classe de chaque niveau), soit 16 classes.

B – Les organisations sportives (clubs, comités, fédérations de Sarthe, Mayenne, Maine-et-Loire et Loire Atlantique) participent à des actions de lutte contre les discriminations qui seront recensées et analysées. L’observation des espaces de pratique mixtes doit interroger l’idée reçue selon laquelle la coprésence des sexes supprimerait la discrimination. Les perceptions du sexisme seront aussi recensées.

C – Dans les centres éducatifs fermés et les établissements pénitenciers pour mineurs, de Sarthe et de Loire-Atlantique, le sport est très présent, quitte à faire écho aux conduites « virilistes » chez les garçons et les filles, à travers certaines propositions d’activités. Quels sont les projets pédagogiques des établissements (ligériens) ? Qu’observe-t-on réellement dans les pratiques d’activités physiques et sportives ?

D – Les surfeuses au Maroc. Dans les loisirs de plage, en particulier du surf, les discriminations sont visibles. Le surf implique d’être libre de ses mouvements et donc revêtue de combinaison isotherme qui dévoile le corps et ses formes. Le premier terrain (Rabat et Salé), avec des plages soit populaires, « fermées » et « contrôlées », soit plus socialement hétérogènes, permet d’identifier les logiques sociales et spatiales à l’œuvre. Le second terrain (Agadir), dédié à un tourisme international « occidental » ancien, permet de mesurer des écarts avec les plages du premier terrain. Pourtant, y a-t-il davantage, proportionnellement, de surfeuses à Agadir qu’à Rabat-Salé ? Existe-t-il des différences vestimentaires ou de pratique ? Les seuils de tolérance, autrement dit les normes sociales, sont-ils similaires ? En quoi le poids des structures sociales et culturelles (place des femmes dans la société marocaine, religion musulmane, etc.) et l’influence des mouvements sociaux récents structurent-ils les représentations des hommes et des femmes à l’égard du corps dénudé ou en partie dénudé ?