Voix de femmes entre tradition et rupture : écrire en Allemagne et au Chili aux 18ème et 20ème siècles : séminaire Axe 2, séance 1

Deux interventions ont eu lieu pour cette première séance de séminaire, le 19 juin dernier. En voici les résumés:

« Voix de femmes entre tradition et rupture : écrire en Allemagne autour de 1800 »
Andrea Brünig, maîtresse de conférences en littérature allemande,
3L.AM UPRES EA 4335, Université d’Angers.

Depuis le premier roman féminin allemand Geschichte des Fräuleins von Sternheim (Histoire de la Demoiselle de Sternheim) écrit par Sophie von La Roche et publié anonymement en 1771, on constate en Allemagne une entrée massive des femmes en littérature. Auteures, héroïnes et lectrices trouvent dans le genre littéraire à la mode, le roman familial-sentimental dans la lignée de Samuel Richardson, un espace pour exprimer leurs préoccupations, leurs rêves et parfois même, leurs attentes et leurs revendications. Entre 1771 et 1817, on peut recencer 75 romancières qui écrivent 353 romans. Le travail d’archives et les statistiques bio-bibliographiques montrent pour cette période que le nombre de femme-écrivains quintuple en cinquante ans, que ces femmes viennent de plus en plus tôt à l’écriture de romans – en à peine trois générations la moyenne d’âge à la première publication d’un roman passe de 47 ans à 33 ans – et qu’elles écrivent de plus en plus pour arriver en moyenne à un roman tous les dix-huit mois. Elles sont aussi de plus en plus nombreuses à être de vraies professionnelles avec une carrière d’écriture de plus de trente ans.

Le roman féminin leur offre alors une opportunité à travers cet espace de travail de soi sur soi, et les aide à acquérir une autonomie psychologique, voire une indépendance financière. Discriminé esthétiquement et socialement dans un système de dichotomie littéraire, il représentera pour elles la chance de devenir écrivaines et de rester en même temps à « leur place de femme », mais il les enfermera aussi pour longtemps dans un genre, un piège dont elles ne sont pas dupes, ce dont témoignent les stratagèmes qu’elles mettent en œuvre pour préserver les apparences.

Si la condition de la femme commence à évoluer à la fin du 18e siècle (siècle des Lumières, l’éducation de la femme, montée de la bourgeoisie), les débats sur la personnalité féminine, le statut de la femme, l’éducation des jeunes filles, si vifs à cette époque et orientés par la vision masculine, permettent de situer l’enjeu de cette entrée des femmes en littérature, de disposer de repères historiques, philosophiques, idéologiques. Se précisent alors les embûches que ces femmes rencontrent sur le chemin qui conduit nombreuses d’entre elles de la lecture à l’écriture de romans, et s’explicitent les moyens qu’elles mettent en œuvre pour ouvrir un espace de création littéraire. Se mesure également le chemin qu’il faudra parcourir pour qu’elles osent assumer leur passion d’écrivaine. A travers des biographies de ces femmes et leur production romanesque se révèle tout le discours dominant, et discriminant, sur la femme-écrivain dans la deuxième moitié du 18ème siècle, se définit le statut social qu’on lui assigne. C’est aussi le double discours des femmes qui est mis en lumière : elles recherchent une identité à travers un travail d’écriture, mais, dans le même mouvement, elles renoncent à leur statut d’auteur et à leur nom afin de préserver leur féminité.

Une lecture attentive des romans, et surtout une analyse de la production littéraire d’une seule romancière sur une période suivie permet de comprendre comment elle prend la parole et comment elle parvient à faire entendre sa voix dans une littérature qui ne lui laisse que peu de libertés. La singularité de l’auteure peut alors se profiler et le terrain d’expression de cette « littérature culinaire », plus ou moins bien faite, se transforme peu à peu grâce à l’audace de la romancière qui ose prendre une distance esthétique, en terrain d’expérimentation jusqu’à provoquer parfois « un changement d’horizon littéraire ». Ainsi, sont mises en avant les caractéristiques de ce système de littérature confirmante, le roman d’amour comme genre typiquement féminin, mais s’observent également les ruptures et les propos qui font bouger l’image conformiste de la femme et qui osent, dans la littérature, la révolte contre l’incarnation masculine de cette société oppressive.

 

« Voix de femmes entre tradition et rupture : écrire au Chili sous la dictature »
Catherine Pergoux-Baeza, maîtresse de conférences en littérature espagnole,
3L.AM UPRES EA 4335, Université d’Angers.

Le Chili est traditionnellement considéré comme étant un pays de poètes, avec en particulier deux Prix Nobel de littérature au XXème siècle, Gabriela Mistral (1945) et Pablo Neruda (1971).
Avec l’imposition de la dictature en 1973, le panorama littéraire se transforme et de nombreuses femmes entrent en écriture en même temps qu’elles entrent en résistance contre le régime du Général Pinochet. Ces femmes choisissent dans leur grande majorité d’adopter une écriture d’autant plus subversive qu’elle apparaît dans un contexte socio-politique fortement marqué par la violence, la répression et la censure imposées par le régime militaire. Leur discours porte la marque d’un profond désir de rupture avec les normes (littéraires et poétiques, mais aussi sociales) qu’elles expriment au moyen d’une écriture en quête de nouvelles voies permettant à la femme de se forger une autre identité.
Il s’agit d’une écriture qui non seulement par son contenu, mais aussi par sa forme même, signale une interrogation sur la place de la femme dans la société, en même temps qu’elle pose le problème de la définition de cette poésie dite féminine.
C’est pourquoi il est nécessaire d’introduire la notion de place pour parvenir à une meilleure compréhension de cette poésie. En effet, la position marginale occupée historiquement par la femme dans la société, semble avoir des répercussions sur son écriture qui peuvent nous orienter vers une caractérisation générale de cette poésie féminine.
Dans ce contexte politique difficile, le poème apparaît comme un espace d’expression doublement privilégié car il permet à la fois de faire front à la censure et de faire entendre sa voix en tant que femme. Écrire devient un véritable acte subversif.
Pour les poètes chiliennes, s’exprimer signifie littéralement faire sortir de l’ombre, montrer la face cachée de leur condition en tant que femmes. Cette démarche est à mettre en relation avec une autre dialectique : apparence/réalité. Car l’écriture peut constituer un moyen de détruire le ou les mythes qui ont été construits autour d’elles, et qui les ont emprisonnées dans des apparences trompeuses dont elles souhaiteraient pouvoir se défaire, afin de révéler leur identité authentique.
Les femmes poètes doivent donc d’abord s’attacher à échapper aux images falsifiées qui leur sont associées. Mais il s’agit d’une tâche ardue dans la mesure où la tradition littéraire les a exclues, ce qui entraîne une perte de repères et de modèles qui les oblige finalement à faire émerger leurs voix du silence auquel on les a contraintes. Ceci explique aussi pourquoi il est aussi important pour les femmes (alors que cela ne semble pas nécessaire pour les hommes) de définir le lieu depuis lequel elles écrivent, car il est primordial pour elles de pouvoir s’exprimer sans subir aucune aliénation.
Il s’agit donc tout d’abord pour la poète de définir la place qu’elle occupe. Se situer devient ainsi pour elle une nécessité, ce qui la distingue du poète pour qui la légitimité ne pose pas de problème et n’entraîne aucune interrogation « de départ », c’est-à-dire préalable à l’écriture. Au contraire, la poète, elle, doit opter pour une position initiale, si tant est qu’elle puisse réellement la choisir.
Le plus souvent associée à une très forte quête identitaire, leur poésie porte la marque de la recherche et de l’indétermination. Car c’est un discours en perpétuelle destruction et reconstruction de lui-même, porté à l’expérimentation de nouvelles formes et de nouveaux contenus poétiques. Évoluant sans cesse entre égalité et différence, entre rupture et continuité, la poésie féminine chilienne échappe aux catégories et se pose même souvent comme un discours hors-norme.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *