séminaire corps et genre – 5 mai 2017 à la MSH de Nantes

Angelina Etiemble

De « l’idée de nature » des corps des femmes et des hommes dans les activités physiques et sportives : les corps sexués sont-ils dans le même mouvement actuellement ?

Dans ses travaux, Colette Guillaumin montre que « l’idée de Nature » sert à masquer les rapports de domination. Les femmes y apparaissent plus souvent aux prises avec cette (leur) Nature que les hommes et limitées dans leurs déplacements et mouvements. Ces analyses sont particulièrement pertinentes pour le sport quand les femmes doivent prouver leur nature féminine dans un « test » de féminité (exemple de l’athlète sud-africaine Caster Semenya aux Championnats du Monde de Berlin en 2009) ou encore lorsque la mise en image du corps sportif en mouvement semble plus souvent un corps d’hommes qu’un corps de femmes. La pratique actuelle du running remet-elle en question cette mise en image sexuée du mouvement ? Par ailleurs, si la promotion du « sport féminin » en France s’est fréquemment déployée sur le registre de la féminité, elle tend ces dernières années à se distancier des stéréotypes sexués. Nous proposons de discuter de l’évolution des codes genrés et des corps sexués dans les textes ministériels les plus récents en la matière ainsi que d’observer un échantillon d’images associées au running sur la Toile, en nous attardant sur les blogs les plus visités.

Bibliographie :

Bohuon Anaïs, Le test de féminité dans les compétitions sportives. Une histoire classée X ? , Donnemarie-Dontilly, Editions du iXe, 2012.

Guillaumin Colette, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Donnemarie-Dontilly, Editions du iXe, 2016 (1ère édition Côté-femmes, 1992).

Saouter Anne, Des femmes et du sport, Paris, Payot, 2016.

et

Anne-Laure Fortin Tournes

« Corps processuels et matérialités féminines critiques des stéréotypes
genrés dans la e-littérature »

A partir d¹une réflexion sur l¹émergence de nouvelles formes de matérialité
et de corporéité dans la cyberculture, notamment à partir d¹¦uvres de
littérature hypertextuelle disponibles sur internet
(http://www.ryman-novel.com/<http://www.ryman-novel.com/-> ) on se posera
la question de l¹émergence d¹un discours critique des stéréotypes genrés sur
internet dû aux redéfinitions du corps et du sujet que les productions
culturelles en ligne induisent. La manière dont la littérature
hypertextuelle met le corps en jeu ou plutôt en réseau démultiplie en effet
les formes de subjectivation (sujets collectifs, personae, avatars) et remet
donc en question la notion de différence sexuelle essentialisée qui se situe
au c¦ur du discours phallogocentrique. Loin de dématérialiser le corps en le
réduisant à du virtuel, les nouvelles technologies le rendent au contraire
tangible sur d¹autres plans d¹immanence, tout en exhibant son aspect situé,
d¹une part, et construit, d¹autre part, si bien que ce corps interactif et
immersif nous conduit à réenvisager nos définitions de ce qu¹est un corps
pour un sujet, et de son inscription dans le genre. On pourra mettre en
regard cette réflexion sur le pouvoir critique du corps en milieu numérique
et la manière dont la danse contemporaine qui utilise les nouvelles
technologies peut elle aussi amener à une redéfinition radicale du corps
lorsque par exemple elle s¹articule autour de la notion de « signature
corporelle » où n¹a été retenu du danseur que le mouvement, dans une
apparente disparition de la matière du corps qui pourtant continue à
formuler des propositions corporelles
(https://www.youtube.com/watch?v=E_8UmH8Kb3k
<https://www.youtube.com/watch?v=E_8UmH8Kb3k>  et
https://www.youtube.com/watch?v=OyVCIvLYe48
<https://www.youtube.com/watch?v=OyVCIvLYe48> ).

Bibliographie :
Aarseth E.J., Cybertext, Perspectives on ergodic literature, Baltimore and
London: The Johns Hopkins University Press, 1997.
Agamben G., ³What is an apparatus?² and other Essays, transl. David Kishik
and Stefan Pedatella, Stanford : Stanford University Press, 2009.

Braidotti Rosi, Nomadic Subjects, Embodiment and Sexual Difference in
Contemporary Feminist Theory, NY : Columbia University Press, 2011.

– The Posthuman, Cambridge : Polity Press, 2013.

Clément J., « Fiction interactive et modernité », in Littérature n°96,
décembre 1994, article consulté en ligne le 16 mai 2016.

Hayles N. K., How We Became Posthuman : Virtual Bodies in Cybernetics,
Literature and informatics, 1999.

Krämer S., « Does the body disappear? A comment on computer generated spaces
», edited re-working of article in German in Raum ­ Wissen ­ Macht, Rudolf
Maresch and Niels Werber eds., Frankfurt: Suhrkamp 2002, pp. 49-69.
Vial S., L¹Être et l¹écran, Comment le numérique change la perception,
Paris, PUF, 2013.
Zizek S., Organes sans corps – Deleuze et consequences, Paris, éd.
Amsterdam, 2008, p. 15.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *