L’EPS face aux discriminations sexistes et homophobes – 31 mars – le Mans

Journée d’étude à l’université du Maine
Institut Informatique C. Chappe
Amphithéâtre
Arrêt tramway (T1): Campus-Ribay

Présentation
On assiste, depuis une trentaine d’années, à la mobilisation croissante de l’Ecole en faveur d’une plus grande égalité, notamment de réussite, entre filles et garçons. Dynamisées par la signature à intervalle régulier de conventions entre l’Education nationale et différents ministères (2000, 2006, 2013), réflexions et actions se sont orientées dans cet objectif vers la lutte contre les discriminations sexistes et les stéréotypes qui les sous-tendent. Comme leurs homologues des autres disciplines, les enseignant.e.s d’éducation physique sont ainsi sommé.e.s de répondre à ces enjeux mais en s’appuyant, notamment, sur un matériau pédagogique spécifique (P. Arnaud, 1983) : les activités physiques, sportives et artistiques, soit des mises en jeu culturelles du corps. Cette injonction est d’autant plus forte que les finalités de la discipline se structurent autour d’une contribution renforcée à la formation du citoyen, au « savoir vivre ensemble » (BO n°4, 29 avril 2010, BO n°11, 26 nov. 2015). D’autant plus forte encore, que des écarts sensibles de réussite entre filles et garçons persistent en EPS depuis les années 1960, même s’ils tendent désormais à se réduire.
Partant de ces constats, l’enjeu premier de cette journée est de porter la réflexion sur la façon dont les enseignant.e.s d’EPS s’emparent de cette injonction. Plus précisément, il s’agit de s’interroger sur leurs conceptions et mises en oeuvre de la lutte contre les inégalités de réussite, à travers l’acte éducatif, alors qu’ils.elles héritent d’une discipline que d’aucun juge marquée par son curriculum masculiniste (T. Terret et al, 2005). Comment reçoivent-ils.elles dès lors le concept de discriminations ? Quels comportements et stratégies adoptent-ils.elles face aux propos sexistes et homophobes que peuvent tenir les élèves, face à l’affirmation de certains stéréotypes ? Enfin, en suivant le fil des discriminations systémiques, enseignants et enseignantes d’EPS participent-ils, éventuellement et inconsciemment, au renforcement des stéréotypes de sexe et à la (re)production de pratiques différenciées et défavorables à l’un ou l’autre sexe ?
Les conférences du matin permettront de dresser un état des lieux des travaux les plus récents sur le genre et les discriminations en EPS, de proposer également des éclairages originaux. Elles amèneront ainsi un temps de discussions et de débats autour de ces questions d’actualité.
Équipe d’organisation
Sylvain Villaret, Maître de conférence, historien
Angélina Etiemble, Maîtresse de conférence, sociologue
Omar Zanna, Maître de conférence HDR, sociologue

Programme
Matinée
8h30 : Accueil
9h : Présentation du programme de recherche GEDI
9h20: Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, Mcf, UFRAPS Lyon 1 (L-ViS EA 7428): Les concepts de genre et d’égalité : usages et limites dans les productions didactiques de l’EPS. Les enjeux d’une formation.
10h20 : Pause
10h40 : Carine Guérandel, Mcf, IUT Carrières sociales, Université de Lille 3 (Laboratoire CeRIES EA3589): Les enseignants d’EPS face aux inégalités sociales et sexuées : enquête dans les collèges des « cités ».
11h40 : Sylvain Villaret, Mcf, Département STAPS Le Mans (Laboratoire VIPS² EA 4636) : A propos d’une enquête en cours en Sarthe sur les discriminations en EPS (Programme GEDI)
12h20 Déjeuner libre
Après midi
14h : Noémie Drivet, professeure d’EPS, doctorante (L-ViS EA 7428): Fréquence, usages et impacts de l’homophobie en STAPS.
14h30 : Table ronde / débat sur les Pratiques et expériences professionnelles des enseignant.e.s d’EPS au regard de la thématique des discriminations sexistes et homophobes, animée par Angélina Etiemble, Mcf, Département STAPS Le Mans (Laboratoire VIPS² EA 4636).
17h00 : Clôture de la journée


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *