séminaire du 12 janvier: « La transmission du double nom de famille : une redéfinition des normes du genre ? «  »

Pour le premier séminaire des mardis du genre de 2016, Virginie Descoutures, postdoctorante à l’université d’Angers, propose une intervention intitulée:

La transmission du double nom de famille : une redéfinition des normes du genre ?

La loi du 4 mars 2002, entrée en application en 2005 permet aux hommes et aux femmes de transmettre leurs deux noms de famille à leurs enfants, dans l’ordre qu’ils souhaitent. A partir d’une enquête qualitative réalisée auprès d’hommes et de femmes qui ont transmis leurs deux noms à leurs enfants, cette recherche rend compte du sens qu’ils et elles donnent au choix de la double transmission mais aussi aux usages de cette pratique au quotidien. J’étudie d’abord comment est née une telle intention de transmettre un double nom aux enfants. Dans quelle mesure le projet émane-t-il des deux membres du couple ou davantage d’un seul ? Quels sont les registres de justification mobilisés pour expliciter le choix d’une telle pratique ? S’agit-il des mêmes pour les hommes et pour les femmes ? Les deux parents, amenés à transmettre et évoquer le nom de leurs enfants dans divers contextes (nécessités administratives, échanges avec des proches etc.) utilisent-ils/elles systématiquement le double nom ? Observe-t-on une asymétrie entre eux de ce point de vue, ou du moins un attachement distinct à cette pratique ? Enfin, la pratique du double nom se heurte-t-elle à des résistances ? Quelles en sont les formes et comment celles-ci sont-elles perçues, admises, supportées, contournées ? Au carrefour d’une sociologie du droit, du genre et de la famille, l’étude du couple hétérosexuel, ici saisi au travers de l’exercice de la parenté, interroge les normes de genre, leur permanence et leurs éventuelles redéfinitions à l’œuvre dans la société française aujourd’hui.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *