« Genre, voix, parole; faire parler du genre, faire entendre sa voix » le 28 janvier à l’université du Maine

séminaire inter-axes de l’université du Maine le 28 janvier 2016
9h30 – 12h30
Salle T204 – bâtiment Thémis
Maxime Tetillon , Sociologie, VIP&S, Le Mans
« (Faire) parler des discriminations sexistes et homophobes dans le sport »
Comme de nombreux espaces sociaux, le sport est aujourd’hui destinataire d’une injonction à
lutter contre toutes les formes de discriminations. Cette présentation sera précisément
l’occasion d’aborder la question des discriminations liées au sexe et à l’orientation sexuelle dans
le sport en nous appuyant sur l’un des terrains de la recherche engagée par l’équipe du VIP&S au
sein de l’axe 1 (« Langage du corps, contraintes et résistances ») du programme régional de
recherche « Genre et Discriminations sexistes et Homophobes » (GeDi), piloté par la SFR
Confluences. Ce terrain concerne les fédérations et clubs sportifs et l’enquête vise à observer la
manière dont les « acteurs du sport » (élus, cadres techniques, encadrants, etc.) se saisissent de
la lutte contre ces discriminations. Or l’enquête a fait apparaître les difficultés à aborder cette
thématique avec eux. Après avoir présenté le contexte spécifique qu’est le sport, à savoir un lieu
bien souvent pensé comme fondamentalement vertueux, il s’agira de montrer en quoi cette
perception peut constituer un obstacle pour « parler » et « faire parler » des discriminations et
d’évoquer les ajustements à mettre en oeuvre pour accéder à cette parole.
Lucie Valverde, Littérature hispano-américaine, 3LAM, Le Mans
« L’émergence de voix féminines dans l’Amérique Latine du XXIe siècle »
La littérature du « post-boom » hispano-américain des années 1980 avait déjà été marquée par le
succès indéniable des récits féminins. Aujourd’hui, à la faveur d’un contexte historique et social
différent, nous assistons à un nouvel essor éditorial de récits féminins fictionnels,
autobiographiques et de témoignages qui proposent une alternative à la mémoire officielle, et
évoquent une double violence : celle du terrorisme d’État, et celle directement liée à la condition
de femme. Dans la continuité de ces études sur la littérature féminine hispano-américaine des
années 1980 et 1990, nous nous proposons donc de nous intéresser à la récupération de la
mémoire, au questionnement sur le genre et à la représentation de l’identité féminine —cette
fois-ci dans les textes écrits pendant la période des années 2000 à nos jours en Amérique Latine.
Il s’agit là d’un projet de recherche initié depuis peu ; au-delà d’une présentation des premiers
résultats, cette communication sera donc également l’occasion d’envisager un programme de
recherches ainsi que les interrogations que suscite une production artistique dense et variée.
Le séminaire est ouvert à tout.e chercheur.e ou personne intéressé.e, quel que soit son statut,
sur simple inscription auprès de Erika.Flahault@univ-lemans.fr.
Pour les doctorant.e.s, la participation au séminaire peut entrer dans le compte des heures de
formation doctorale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *