Séminaire du 17 mars : Cris de femmes de la littérature hongroise : le cas de Renée Erdős (1879-1956)

Gabriella Tegyey, (Dr. Université de Debrecen) présentera l’auteure Renée Erdos.

Le séminaire se déroulera le17 mars 2015, de 12h-14h à la MSH, Salle Frida Kahlo

Figure emblématique de la première moitié du XXe siècle, Renée Erdős passe pour l’un des auteurs les plus « érotiques » de son époque. Romancière à scandale, elle entreprend d’explorer, dans chacun de ses romans, les zones jusqu’alors cachées du désir féminin. Si le public (en premier lieu féminin) éprouve une réelle fascination à son égard, la critique n’hésite pas à manifester sa réprobation : aussi est-elle accusée d’impudeur et d’immoralité.

En dépit des quelques rééditions de ses écrits, Renée Erdős est tombée aujourd’hui dans un oubli immérité. A l’aide de l’analyse de ses romans le plus aboutis – Le grand cri (1923), Le cardinal Santerra (1922) et sa suite Le mariage de Lavinia Tarsin (1927)– nous tenterons de réévaluer l’art de cette romancière qui, pour la première fois dans la littérature hongroise, parvient à libérer une voix spécialement féminine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *