Axe 2: conférence de Nadja Maillard – Les Lyriades – 15 janvier

L’enseignement des œuvres littéraires écrites par des femmes : entre oubli, reconnaissance et marginalisation

De Marie de France à Maryse Condé : quelles écrivaines sont étudiées dans l’enseignement scolaire et universitaire francophone ?

par Nadja Maillard-De La Corte Gomez, maîtresse de conférences à l’université d’Angers.

Cette conférence aura lieu à 18h le 15 janvier 2015 à l’Ensam,
2 boulevard du Ronceray à Angers
 
Un écrivain et enseignant canadien, David Gilmour, a récemment suscité la polémique en déclarant dans un interview accordé au site canadien Hazlitt ne pas être « intéressé à l’idée d’enseigner des livres de femmes » : « quand j’ai accepté ce travail, j’ai dit que j’enseignerai uniquement des gens que j’aime profondément. Malheureusement, aucun d’entre eux ne sont ni Chinois, ni des femmes /…/ ceux que j’enseigne, ce sont des mecs. Des mecs parfaitement hétéros. F. Scott Fitzerald, Tchekhov, Tolstoï. Des vrais mecs, quoi ». Cette ostracisation revendiquée est-elle un fait marginal, ou bien est-elle révélatrice d’une mise à l’écart plus largement répandue des écrivaines des programmes d’enseignements ? Quelle place est donnée aux œuvres écrites par des femmes au sein des institutions scolaires et universitaires ? Comment y sont-elles lues ?
Les réponses à ces questions varient évidemment selon les époques, selon les contextes. Nous nous intéresserons tout particulièrement, dans le cadre de cette conférence, à l’enseignement scolaire et universitaire de quelques pays et états francophones (Algérie, France, Québec…), en prenant appui sur les programmes d’enseignement, les manuels scolaires ainsi que sur des enquêtes menées auprès des enseignants et des enregistrements de cours.Biographie :
MCF dans le département Lettres et sciences du langage de l’université d’Angers, N. Maillard-De La Corte Gomez enseigne les sciences du langage, la didactique du français langue étrangère (FLE) et des textes littéraires. Elle a une expérience de la formation de formateurs en France ainsi qu’à l’étranger (Algérie, Espagne, Gambie, Macédoine …). Elle est membre du CERIEC, Centre d’Études et de Recherches sur Imaginaires Écritures et Cultures (UPRES EA 922) (responsable : Pr. J. Kilanga).
Elle est actuellement impliquée dans deux projets de recherches financés par la région Pays de la Loire :
- le projet Gedi (Genre et Discriminations sexistes et homophobes) : http://gedi.hypotheses.org
- le projet Ecolitt (Écologie et littérature) : http://ecolitt.univ-angers.frLe thème central de ses recherches est la didactique des textes littéraires : elle s’intéresse aux enjeux relatifs à leur enseignement / apprentissage dans des contextes scolaires et universitaires où le français peut être langue maternelle, langue seconde ou étrangère. Pour sa thèse (« Le texte littéraire francophone, passeur de langues et de cultures – analyse d’interactions didactiques en contexte universitaire », sous la direction de D. Morsly), elle a plus particulièrement étudié la réception des littératures francophones par des étudiants de FLE en France et des étudiants de licence de français en Algérie. Dans le cadre du projet régional Gedi, elle s’intéresse à la place institutionnelle et à la lecture des œuvres de femmes à l’université, en France, en Algérie et au Québec.
Elle travaille aussi sur les littératures francophones pour la jeunesse , notamment sur la pluralité des langues et la variété linguistique qui s’y manifestent.

Bibliographie – sélection de parutions
- « Dites pas c’que j’dis, dites c’que j’écris… Représentations et pratiques d’enseignants vis-à-vis de la variation en contexte scolaire », (avec V. Bigot) Lidil, 50, N° 50 : Variation stylistique et diversité des contextes de socialisation : enjeux sociolinguistiques et didactiques, à paraître en décembre 2014
- « Littératures francophones et formation des enseignants de FLE », in : J. Kilanga éd. Éditer et enseigner les littératures francophones, Riveneuve, 2014
- « Quel corpus de textes littéraires dans les formations de français langue étrangère à l’université ? Discours et pratiques d’enseignants », Le Langage et l’homme : Quelle place pour la littérature en classe de langue-culture, XXXXIV.1, 2009
- « Le Texte littéraire, passeur culturel et interculturel ? Discours d’enseignants et pratiques de classe dans une université algérienne », Le Langage et l’homme, vol. XXXXIII, n°1, juin 2008


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *